top of page
  • Photo du rédacteurAnaïs CD

L'obstiné...



Je me traîne,

et m'égrène,

j'étrenne

ma peine.


Comme une éternelle première fois,

Comme oubliant que tu ne seras jamais plus là.


Je m'obstine,

et je piétine

ma vie,

et mes envies

à jamais inassouvies.


Je cherche ta présence

dans l'absence,

là où tes silences

accompagnent mes errances.


Je m'évertue,

à faire parler les fantômes,

à petit feu je me tue,

un roi déchu,

sans un sujet dans son royaume.


Alors je cours,

je cherche du secours.

Une âme dévouée,

comme moi fracassée,

qui viendrait soigner mes plaies,

me faire oublier,

ravaler mes regrets.


Je cherche d'autres lèvres

qui sauront apaiser ma fièvre,

d'autres peaux

contre lesquelles oublier mes maux,

d'autres nuits sans lendemain

seulement pour assouvir ma faim.


Me brûler,

des heures durant,

contre ces corps,

m'approcher

trop près du bord

de ma vie, en simple figurant.


Me raconter de jolies histoires,

jour après jour continuer d'y croire,

car l'absurdité,

vaut mieux que ma triste réalité...

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page